.: Café scientifique - April 2018 :.

Home > Culture > Past events > Café scientifique - April 2018

publication : Monday 26 March 2018

Café scientifique - April 2018

Les moustiques ne font-ils que transporter des pathogènes?

Dr Emilie Pondeville, Research Associate at the University of Glasgow, will talk about her research on virus, infection and immunity.

Parce que les femelles moustiques ont besoin d’un repas de sang pour se reproduire, elles sont capables de transmettre de nombreux pathogènes (virus, parasites etc). Avec le changement climatique, l’urbanisation, ou encore l’augmentation des flux de voyageurs et du commerce, le nombre de personnes à risque a considérablement augmenté et on assiste à la réémergence ou émergence de nombreuses maladies comme la propagation du virus Zika en 2015. Il n’existe pas de vaccin/traitement pour la plupart de ces maladies vectorielles et la seule méthode efficace reste la lutte contre le vecteur lui-même, c’est-à-dire les moustiques.
Nous parlerons de la biologie des moustiques pour ensuite mieux comprendre comment ils transmettent tous ces pathogènes. Puis nous verrons comment la recherche sur les moustiques peut aider à mettre en place des méthodes de lutte permettant de limiter la transmission des maladies vectorielles.

Biographie:

Après un parcours universitaire autour de la biologie moléculaire et de la génétique à l’Université Pierre et Marie Curie (Paris 6),Emilie Pondeville s’est orientée vers un Master « Biologie Intégrée des invertébrés », pour ensuite poursuivre une thèse s’intéressant aux hormones stéroïdes lors des processus de reproduction chez la mouche Drosophila melanogaster, modèle de laboratoire, mais aussi chez le moustique Anopheles gambiae, principal vecteur du paludisme en Afrique. Lors de sa thèse, elle a été frustrée par le manque d’outils génétiques chez le moustique comparé à la drosophile, modèle pour lequel la multiplicité d’outils génétiques permet de tester de nombreuses hypothèses scientifiques. Pour cette raison, elle a ensuite choisi d’effectuer son post-doc à l’Institut Pasteur pour développer des moustiques génétiquement modifiés dans le but de créer de nouveaux outils permettant l’étude des interactions entre les moustiques et le parasite responsable du paludisme. Depuis 4 ans à Glasgow, elle a développé et est responsable des infrastructures « moustique » au Centre for Virus Research, institut dans lequel son groupe s’intéresse aux interactions entre le moustique Aedes aegypti et les virus qu’il transmet comme le virus Zika.


Date: Tuesday 17th April, 7-8.30pm

Venue: Alliance Française Glasgow

Free event - Donations are welcome!

In French, minimum level B1 (Intermediate/Advanced) advised.

We hope to see you there!

Share |